Pour traiter les troubles physiques comme les maux psychiques, le recours à des médicaments pharmaceutique n’est pas le seul le recours possible. Savez-vous que la musique peut aussi être utilisée à des fins thérapeutiques ?  Eh oui, c’est cette forme de thérapie qui est connue sous l’appellation de « musicothérapie ».

La musicothérapie : de quoi parle-t-on exactement ?

Par définition, la musicothérapie s’agit d’une thérapie qui puise les bienfaits des sons, des voix et des rythmes pour soigner les maux physiques et psychiques. On peut dire que cette thérapie est déjà très ancienne. En principe, la musique influe directement le cerveau humain, ce qui permet à la personne de se détendre au maximum tout en mettant entre parenthèses ses stress quotidiens. Puis, lorsque le corps est détendu, il sera plus réceptif aux différents bienfaits que cette forme de thérapie procure. Pour encore plus d’effet, on peut bel et bien associer la musicothérapie avec d’autres techniques, en l’occurrence la technique de relaxation, de méditation, de la psychothérapie, de la sophrologie, et ainsi de suite.

Selon un célèbre proverbe, « la musique adoucit les mœurs ». C’est parce que la musique ne procure que des bienfaits, surtout sur la santé humaine. En s’attaquant directement au système nerveux, la musique contribue grandement à la réduction de la synthèse de cortisol, qui est bien évidemment la fameuse hormone du stress, pour faire place aux endorphines. Ce sont les endorphines qui favorisent davantage la sensation de relaxation de la personne. D’autre part, la musique peut aussi aider une personne qui rencontre un problème de communication. Sachant qu’elle est en mesure de réduire l’anxiété chez une personne, la musique est efficace pour améliorer le comportement socio-affectif de cette dernière, donc la confiance en soi.

Panorama sur les différentes approches de la musicothérapie

En général, la musicothérapie est abordée suivant deux approches bien distinctes, notamment la musicothérapie active et la musicothérapie réceptive. Avec la première approche, la thérapie est davantage axée sur des travaux sonores. Pour être plus précis, la musicothérapie active permet au patient de s’exprimer via un son ou de la musique. Il peut dans ce cas, soit chanter, soit improviser des sons en jouant un quelconque instrument, et ainsi de suite. Quant à la seconde approche, ici le patient est amené à écouter une séquence sonore choisie en fonction de son plan psychologique ainsi que de se réceptivité musicale, mais également suivant son gout musical, ses tempéraments, son âge et ses problématiques… La musicothérapie réceptive est plutôt axée sur la relaxation et la détente, notamment pour dissiper davantage les troubles liés au stress comme l’anxiété, la dépression, l’irritabilité, la nervosité… et aussi les troubles d’insomnie, etc.

La musicothérapie, pour qui ?

La thérapie par la musique peut être recommandée pour une personne qui désire se relaxer et se détendre loin des trains-trains quotidiens jusqu’à être un support médical. Prenons l’exemple des enceintes. Concrètement, la musicothérapie peut s’avérer incontournable pour aider ces femmes à se détendre au maximum avant l’accouchement. Qui plus est, la musique peut aussi soulager, rassurer et calmer le fœtus. D’autre part, cette forme de thérapie est aussi préconisée pour accompagner les personnes autistes ainsi que les personnes handicapées. Aujourd’hui, on constate différents spas et centre de bien-être qui intègrent dans leurs produits la musicothérapie. En outre, les sportifs sont également ceux qui privilégient dans leur quotidien la musicothérapie, non seulement pour améliorer davantage leur performance ainsi que leur endurance durant leur séance d’entrainement, mais également pour se relaxer après les efforts et bien évidemment pour favoriser la récupération. Même après un rude entrainement, la musique est incontournable pour aider le corps à oublier la fatigue.